go go goo MUSICA!!!

dimanche 28 septembre 2008

L'égalité est la condition de l'échange/Cantet

Un mois avant qu'elle ne nous quitte, j'avais offert à ma grand mère pour son anniversaire une carte pour allait au cinéma à un tarif correct.
Elle adorait le cinéma.
Elle avait toutes sortes de cartes qui étaient chacune un sésame pour se rendre aux événements culturels de sa région et Paris.
Ma grand-mère aimait voyager (elle a fait le tour du monde) et être au courant de ce qui se passait même si parfois elle en oubliait de regarder juste à côté d'elle, tout simplement.
C'est un autre débat.
Cette année pour ses 8 ans, quelques 9 années plus tard, j'ai offert la fameuse carte à ma fille.
En ce dimanche ensoleillé je l'ai emmené voir un film dit pour adulte. J'avais tenté l'expérience l'an passé en l'emmenant voir "la Graine et le Muet" et j'appréhendais tout à l'heure de l'entrainer pour "Entre les murs".
Le premier film n'ayant pas du tout eu le succès escompté (faut dire que même moi j'avais été moyen emballée)
J'ai été rassurée en voyant que d'autres enfants faisaient la queue avec leurs parents devant le cinéma. Pour "la Graine et...", Loubna était la seul fillette dans la salle. J'ai compris pourquoi trop tard.
Bref.
Je ne sais pas si ce film méritait ou non une palme d'or; je ne pense pas que le cinéma d'aujourd'hui soit celui d'hier et qu'il puisse être jugé de la même manière.
Par contre je remercie Sean Penn d'avoir pointé du doigt "Entre le murs".
Parce qu'effectivement ce film est une pierre de notre édifice et représente tout à fait la société de ce début de second millénaire.
Ce film m'a touchée particulièrement aussi parce que, comme dans "Esquive", on y met en scène des adolescents. J'aime l'adolescence. Terrible. Où tout reste à faire. Entre la naïveté de l'enfance et les responsabilité de l'adulte. Le monde du possible et de la frustration.
Je ne crois pas en être tout à fait partie au vue des questions existentielles que je me pose toujours et pas plus tard que ce matin encore.
Ces élèves m'ont rappelé les jeunes que nous avons accueillis plusieurs fois pas mois à mon ancien job pour les "Semaines Citoyennes".
J'aime ce côté rebelle qui n'accepte pas les règles, n'en comprend pas le sens et les raisons et qui a soif de la reconnaissance de ses pairs.

Le cinéma rejoint de plus en plus la réalité et vis et versa.
Peut être que bientôt nous ne saurons plus rêver?
Bonne bourre

5 commentaires:

NicMo a dit…

Quitte à passer pour un relou : je n'y vais que pour voir des flims d'horreur, parce que sinon, je m'endors. Toujours.
Ma réputation y perd ce que l'honnêteté y gagne.

series.on.the.cake a dit…

ben pourquoi relou?

NicMo a dit…

Ben, j'ai toujours l'impression d'être un gros lourdaud quand je dis ça.
Genre : le seul à ne pas avoir vu tous les flims que tout le monde aime bien.
Mais même en DVD, j'ai vachement de mal à rester éveillé!
(Du coup, j'apprends Télérama par coeur pour pouvoir parler des oeuvres que je n'ai jamais vues. Moche, hein ?)

series.on.the.cake a dit…

cher nicmo, y a pas de mal à ne pas aller voir les films que tout le monde encense, au contraire...

series.on.the.cake a dit…

par contre donner son opinion, c'est pas mal déjà et c'est ce que tu fais non?
bonne journe!

The Before

Ma qui é tou SotC?

Ma photo
Je vais là où me porte le vent...